Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Jaly: sa vie, ses rêves, ses récits, ses photos
  • Jaly: sa vie, ses rêves, ses récits, ses photos
  • : Sur ce blog vous trouverez la façon dont je découvre toutes choses, à travers la nature comme à travers mes rêves,
  • Contact

Profil

  • Jaly
  • Retraitée, j'en profite pour vagabonder, l'âme heureuse, par monts et par vaux, j'aime photographier, raconter ce que je ressens, écrire un poésie dans un moment propice aux rêves,puis il y a le reste que je vous invite à venir découvrir
  • Retraitée, j'en profite pour vagabonder, l'âme heureuse, par monts et par vaux, j'aime photographier, raconter ce que je ressens, écrire un poésie dans un moment propice aux rêves,puis il y a le reste que je vous invite à venir découvrir

Cadeaux reçus

Mon amie Alice m'a décerné





Mon amie Tataray(Bricabrocamoi)
m'a remis la clé de l'amitié




Un tout grand merci.
------------

J'ai trouvé ce gif sur le blog de KRI,
si gentiment offert qu'il sera le porte-bonheur de mon blog
http://img10.hostingpics.net/pics/846078myasotis.gif

Recherche

Texte Libre

Archives

Coquelicots

 



/ / /

Il est un film qui s'attaque de très près à ce sujet,


fin de la pauvreté





La Fin de la pauvreté ?

de Philippe Diaz

(documentaire)

Présentation

Avec tant de richesses dans le monde, pourquoi y a-t-il encore tant de pauvreté ? S'aventurant au-delà des réponses "populaires" sur les origines de la pauvreté, "La fin de la pauvreté"?' se demande si les véritables causes ne viennent pas d'une orchestration des pays riches pour exploiter les plus pauvres, de l'époque coloniale à aujourd' hui. Les peuples qui luttent contre la pauvreté répondent, condamnant le colonialisme et ses conséquences : appropriation des terres, exploitation des ressources naturelles, dette, néolibéralisme... Des favelas d'Amérique latine aux bidonvilles d'Afrique, des économistes de renom, des personnalités politiques et des acteurs sociaux révèlent comment les pays développés pillent la planète ; un saccage qui menace ses capacités à soutenir la vie et accroît toujours plus la pauvreté...

La critique

Attention, perle documentaire ! Présenté à la Semaine de la critique 2008, ‘La Fin de la pauvreté ?’ débarque dans les salles obscures, prêt à secouer les mentalités. A partir d’une question simple - "avec tant de richesses dans le monde, pourquoi y a-t-il encore tant de pauvreté ?" -, le cinéaste indépendant Philippe Diaz signe un réquisitoire percutant contre le capitalisme. A la fois didactique et corrosif, le film déploie un argumentaire solide, essentiellement fondé sur une collecte rigoureuse de l’information. Historiens, économistes, professeurs et autres "tueurs économiques" repentis se succèdent et font écho aux témoignages de victimes de la pauvreté. En seulement trois chapitres - origines, conséquences et solutions au déséquilibre économique Nord/Sud - il dresse un raisonnement aussi original que convaincant. Selon la thèse de l’économiste Jeffrey David Sachs, à laquelle le film doit son titre, "le capitalisme ne peut fonctionner sans pauvreté". C’est donc judicieusement que le réalisateur débute sa diatribe en remontant aux sources de ce dénuement. Si Philippe Diaz condamne en premier lieu l’esclavagisme et le colonialisme, responsables de l’asphyxie économique des pays en développement, il tire à boulets rouges sur ses acteurs contemporains, Fonds monétaire international et Banque mondiale en tête. Politiquement très incorrect, il déterre coups d’Etats géostratégiques et fustige logiques de privatisation exacerbées. Au même titre que ‘We Feed the World’ en 2005, ‘La Fin de la pauvreté ?’ incite par exemple à repenser les ressources naturelles telles que l’eau en biens communs et non en produits marchands. A contre-courant du néolibéralisme actuel, Philippe Diaz invite chacun à faire marche arrière, plaidant la décroissance comme seule issue de secours. Un documentaire frontal, honnête et lucide, un puissant contre-pouvoir citoyen.

Selon Jean-Jacques Beineix, président de la société Cargo Films qui distribue 'La Fin de la pauvreté ?' en France, la diffusion du film était nécessaire : "Comment peut-on encore ignorer la pauvreté ? Nous sommes 6 milliards sur notre terre et 1 milliard d'êtres humains connaissent chaque jour la faim. (.. .) Ne rien faire, ne rien dire, s'apparente à de la non-assistance à humanité en danger."

La revue de presse

Première - François Cardinali (Décembre 2009)


Là où Philippe Diaz captive, c'est dans l'analyse historique précise de la paupérisation d'une majorité de la planète depuis les débuts de la colonisation orchestrée par l'Espagne, le Royaume-Uni, la Hollande... (.. .) Alors, malgré des longueurs, la démonstration de Philippe Diaz a un mérite : secouer fort le cocotier pour provoquer à nouveau le débat.

Le Nouvel Observateur - Xavier Leherpeur (16 décembre 2009)


L'enquête est passionnante, l'analyse politique, édifiante.

Le Monde - Jean-Luc Douin (15 décembre 2009)


Toutes les trois secondes, un être humain meurt de faim (.. .). Ces chiffres ne résultent pas d'une fatalité mais d'un pillage de la planète par les pays développés. Tel est le message du documentaire politique de Philippe Diaz, un réquisitoire altermondialiste qui fustige le déséquilibre postcolonial, dénonce les échanges Nord-Sud, accuse le néolibéralisme. Et plaide pour l'effacement de la dette des pays pauvres.



http://www.evene.fr/cinema/films/la-fin-de-la-pauvrete-21280.php





Partager cette page

Repost 0
Published by