Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Jaly: sa vie, ses rêves, ses récits, ses photos
  • : Sur ce blog vous trouverez la façon dont je découvre toutes choses, à travers la nature comme à travers mes rêves,
  • Contact

Profil

  • Jaly
  • Retraitée, j'en profite pour vagabonder, l'âme heureuse, par monts et par vaux, j'aime photographier, raconter ce que je ressens, écrire un poésie dans un moment propice aux rêves,puis il y a le reste que je vous invite à venir découvrir
  • Retraitée, j'en profite pour vagabonder, l'âme heureuse, par monts et par vaux, j'aime photographier, raconter ce que je ressens, écrire un poésie dans un moment propice aux rêves,puis il y a le reste que je vous invite à venir découvrir

Cadeaux reçus

Mon amie Alice m'a décerné





Mon amie Tataray(Bricabrocamoi)
m'a remis la clé de l'amitié




Un tout grand merci.
------------

J'ai trouvé ce gif sur le blog de KRI,
si gentiment offert qu'il sera le porte-bonheur de mon blog
http://img10.hostingpics.net/pics/846078myasotis.gif

Recherche

Texte Libre

Archives

Coquelicots

 



12 novembre 2009 4 12 /11 /novembre /2009 00:32






Les singes de la sagesse sont au nombre de trois. Dans la mythologie chinoise, c'est un singe qui fut le compagnon du pèlerin Xuanzang, et qui l'aida à trouver les livres saints du bouddhisme. C'est cet aspect qui est employé dans la symbolique de trois petits singes : ne rien voir, ne rien entendre et ne rien dire.

Les trois singes s'appellent Mizaru (L'aveugle), Kikazaru (Le sourd) et Iwazaru (Le muet). Plus précisément, leurs noms veulent dire "je ne dis pas ce qu'il ne faut pas dire", "je ne vois ce qu'il ne faut pas voir", et enfin "je n'entends ce qu'il ne faut pas entendre",


Ce fut notamment une devise de Gandhi qui gardait parait-il toujours avec lui une petite sculpture de ces trois singes.





.
Partager cet article
Repost0
3 novembre 2009 2 03 /11 /novembre /2009 15:14


Une bien triste fin pour cette petite chienne de l'espace, on ne l'a su que 45 ans plus tard mais d'après d'autres médias elle serait morte peu de temps après le décollage, rien n'avait été prévu contre les rayons du soleil, le stress, la chaleur et la peur ont eu raison de cette petite Laïka






3 novembre 1957
Spoutnik 2 et la chienne Laïka


Un mois après le lancement du premier satellite Spoutnik (en russe "compagnon de route"), Spoutnik 2 est lancé avec, dans un compartiment pressurisé, Laïka. Cette petite chienne est le premier être vivant satellisé. L'animal survivra 7 jours et mourra faute d'oxygène.

Laïka  est une chienne du programme spatial soviétique et le premier être vivant mis en orbite autour de la Terre. Elle a été lancée par l'URSS à bord de l'engin spatial Spoutnik 2 le 3 novembre 1957, presque un mois jour pour jour après le lancement du premier satellite artificiel Spoutnik 1.

Après le succès de Spoutnik 1, Nikita Khrouchtchev voulait le lancement d'un second engin pour le 7 novembre afin de célébrer le 40e anniversaire de la révolution bolchevique. Dans l'urgence, sans étude préalable, Spoutnik 2 a été construit en quatre semaines.

Laïka mourut environ 7 heures après le lancement, du stress et de surchauffe, probablement due à une défaillance du système de régulation de température. La vraie cause de sa mort ne fut révélée que plusieurs décennies après la mission. Les versions qui subsistèrent jusqu'aux révélations en 2002 affirmaient qu'elle était morte en consommant de la nourriture empoisonnée — qui avait été préparée pour lui éviter de souffrir de la chaleur lors du retour de Spoutnik 2 dans l'atmosphère — ou d'asphyxie à l'épuisement de ses réserves d'oxygène

La capsule spatiale se consuma le 14 avril 1958 en rentrant dans l'atmosphère terrestre.

Malgré la mort de Laïka, l'expérience prouva qu'un être vivant pouvait survivre à un vol en orbite autour de la Terre et subir les effets de l'apesanteur. La mission Spoutnik 2 prépara le terrain pour le vol spatial de l'Homme en fournissant aux scientifiques les premières données sur les réactions des organismes vivants dans l'espace.



J'ai les larmes aux yeux et la gorge nouée en déposant cet article et pourtant par après ce sont des humains qui sont morts au nom de "La Science" et des "Astres"




.
Partager cet article
Repost0
1 novembre 2009 7 01 /11 /novembre /2009 17:18
Le thème de la semaine chez Dana se rapporte au folklore, nous n'en manquons pas en Belgique

Les géants d'Ath, Les chinels de Fosses, les Blancs-Moussis de Malmedy, le Meyboom et l' Ommegang sur Bruxelles, les marches de l'Entre-Sambre et Meuse et nos fameux gilles de Binche ne forment qu'une petite partie de notre folklore

Je vais donc me limiter et vous parler des gilles
de Binche



La matinée



Dès potron-minet, les premiers « ra » et « fla » se font déjà entendre dans la petite ville de Binche endormie, mais le Gille, lui, est déjà réveillé et bossé depuis quelques heures. Il attend, sans doute impatiemment, qu’un groupe de ramassage vienne le chercher. Et déjà, ramon en main, il exécute ses premiers pas de danse dans les rues, sans se soucier du froid ou des flocons de neige, tant sa joie d’être à nouveau le roi des festivités est intense. Plus la matinée avance, plus les petits groupes sont nombreux. Après quelques arrêts chez des particuliers, les groupes font une pause, vers 8h, dans un café, un restaurant afin d’y déguster huîtres et champagne et de se remettre d’aplomb de ce réveil agité. Vers 9h, les sociétés se rassemblent, et les Gilles arborent leur masque de cire à moustache, lunettes et favoris, symbole de l’unité du personnage de Binche. Ils ne tomberont le masque que vers midi, lorsqu’ils seront reçus à l’hôtel de ville. Après cette matinée bien remplie, l’heure du repas a sonné. Les sociétés de Gilles se disloquent afin de se rendre soit à leur domicile, soit au restaurant pour y goûter un court repos et un dîner bien mérité.

Le cortège aux oranges





L’après-midi, le Gille troque son ramon pour un panier d’osier et rejoint (toujours accompagné d’un tambour) les autres membres de sa société qui se mettent déjà en place pour le départ du cortège. 15h30, le cortège aux oranges se met en marche dans la rue principale de la ville. Précédés des Arlequins, Pierrots, et autres Paysans, les Gilles forment un cortège haut en couleur, arborant ainsi leur grand chapeau en plumes d’autruches, soit blanc, soit légèrement coloré. La foule est toujours nombreuse à ce moment de la journée, et le spectateur ne tarde jamais à recevoir des oranges, véritables offrandes de la part du Gille. Mais malheur à celui qui commettra le péché de lèse-majesté en relançant ce cadeau, car le roi du cortège peut parfois se montrer agressif.



La soirée





Les paniers sont vides, le cortège s’achève, mais très vite, il faut se préparer pour le cortège du soir. Tout aussi animé par les fanfares, l’ultime cortège est égayé par les feux de Bengale, pour atteindre son apothéose sur la Grand-place, vers 21h30 où les sociétés prennent part au gigantesque rondeau final qui durera pendant tout le feu d’artifice. Chaque société se retrouve alors dans son local près duquel elle effectuera son dernier rondeau pour, ensuite, se séparer et déambuler dans les rues de la ville au son des tambours jusqu’au petit matin du mercredi des Cendres.



Le carnaval de Binche est proclamé par l'Unesco: chef d'oeuvre du patrimoine oral et immatériel de l'Humanité




.

Partager cet article
Repost0
31 octobre 2009 6 31 /10 /octobre /2009 17:10



Déguisée en chat, je mendie auprès des passants bonbons et argent.....


Halloween:

une fête est venue s'ajouter au calendrier des parents
certains ne savent plus combler leurs enfants,
les décos, guirlandes ou autres coûtent très chers,
alors on découpe seulement dans la chair
des citrouilles ou potirons qui font l'affaire









Un peu d'histoire:

 Du temps des Gaulois, c'était l'époque où on fêtait la fin des moissons et la rentrée des troupeaux pour la mauvaise saison; tous les foyers étaient alors éteints et rallumés avec une nouvelle flamme produite par les druides à partir du chêne sacré et après cueillette du gui. Ce nouveau feu devait continuer jusqu'à l'automne suivant pour protéger des dangers et éloigner les esprits diaboliques.

On pensait que cette période de l'année était aussi favorable au retour des esprits des morts de l'année dans leur famille avant qu'ils ne soient fixés sur leur sort.

La fête pouvait durer 15 jours.

Beaucoup plus tard, les papes se sont appropriés cette fête "païenne" en plaçant la fête de tous les saints le 1er novembre et la fête des morts le 2 novembre !

Halloween ne fut bientôt plus célébrée qu'en Irlande où on faisait des lanternes avec des énormes pommes de terre, des rutabagas et des navets creusés; Il n'y avait pas de citrouilles !

Les Irlandais qui fuyaient la famine des années 1846/48 ont emporté la tradition en Amérique.  Peu après, les commerçants en ont fait une fête nationale aux USA en y ajoutant le "trick-or-treat".

Depuis quelques années, la fête nous est revenue "américanisée" pour le plus grand plaisir des commerces mais non des portefeuilles ! Et de plus en plus d'enfants ignorent que les morts s'honorent le 2 novembre et pas le 31 octobre ...








Partager cet article
Repost0
27 septembre 2009 7 27 /09 /septembre /2009 22:03
Le thème pour "le photographe du dimanche" est la "crise"

Ne voulant pas rentrer dans un débat politique sur mon blog je parlerai simplement de la crise du lait
tant au niveau de la BELGIQUE que pour d'autres pays d'Europe l'article est valable, chacun se bat avec ses propres armes,
la seule réponse de notre Ministre étant "c'est au niveau européen que cela doit se règler"






Comme vous le savez, le monde agricole connaît une crise sans précédent.
Mais vous, consommateurs vous pouvez faire bouger les choses
Comment ?
Tout d’abord en faisant circuler ce message à toutes vos connaissances et en buvant du lait bien de chez nous
Il y a tout d’abord une marque bien connue que vous pouvez acheter

v À L’INTERMARCHE
v Au GB PARTER
v AU CARREFOUR

C’est la marque de « la Bande des FéLait»





Ce lait est produit à RECOGNE ( Libramont) BELGIQUE,  grâce aux récoltes effectuées par les laiteries de CHEOUX et LAC +
L’autre lait belge est plus difficile à reconnaître, c’est la marque du magasin, et sur le bouchon se trouve un numéro
L 352 ??
Si vous, consommateurs, vous changez vos habitudes et que vous choisissez du lait d’une de ces marques, tout d’abord vous buvez du lait BELGE et
vous aidez les agriculteurs à qui on pourra payer un juste prix

Chacun dans nos pays respectifs buvons "LE LAIT" de nos propres laiteries
, .......

Il s'agit d'un courrier reçu mais bien réel, si nous ne faisons rien, les agriculteurs continueront à ramer.






.
Partager cet article
Repost0
15 septembre 2009 2 15 /09 /septembre /2009 02:12
Cette semaine chez Dana pour le thème de la semaine nous parlerons de cabanes,

dans les arbres, NON
parmi les arbres: OUI
pour la cabane à sucre où se récolte le sirop d'érable






La petite histoire des produits de l'érable remonte bien avant l'arrivée au Québec des colons français. Ce sont les Amérindiens qui on découvert la sève qui sortait de ces fameux érables. Les Amérindiens utilisaient leur tomahawk pour faire un entaille en V dans les érables à l'approche du printemps. En se servant d'un copeau de bois placé dans leur entaille, ils récupéraient la sève des érables pour ensuite la concentrer en sirop.

 
La cabane à sucre
est l'endroit où les acériculteurs récoltent la sève brute (et non la sève élaborée, qui est amère) de leurs érables, également appelée eau d'érable . C'est également là que, la plupart du temps, ils en font la transformation en sirop d'érable. On retrouve un grand nombre de cabanes à sucre au Québec, d'autres au Nouveau-Brunswick et un certain nombre dans d'autres provinces. Aussi, de nombreuses familles possèdent une cabane à sucre, bien que cela tende à se raréfier. La cabane à sucre peut enfin être conçue pour recevoir des visiteurs. Un repas traditionnel servi dans ces cabanes se compose d'une omelette, de jambon, de pommes de terre, de fèves au lard, d'oreilles de crisse, le tout arrosé de sirop d'érable.










J'adore le sirop d'érable et vous?





.
Partager cet article
Repost0
12 septembre 2009 6 12 /09 /septembre /2009 01:03
Un métier très ancien pour le "THEME DE LA SEMAINE" - LES OUTILS chez DANA




le métier de taillandier


Au Moyen Âge, le taillandier est un forgeron qui travaille en finesse. Il a en charge la production de tout ce qui est tranchant, de ce que l'on appelle les outils à taillants. Il travaille l'acier, en utilisant la forge pour chauffer le métal, ainsi qu'une gamme de marteaux et de pinces de forge.





Taillandier: c'est un métier traditionnel consistant à fabriquer des outils taillant tel que ciseaux, cisailles, haches pour les artisans. Il n'en reste plus que 3 en France. Les autres ayant disparus au début des années 1900, lorsque l'industrie a pris à sa charge la fabrication des outils.

enclume du 17e ou 18e siècle

Le taillandier est un forgeron spécialisé dans la fabrication des outils tranchants. Il travaille donc pour de nombreuses corporations : bouchers, menuisiers, agriculteurs...

Il existait différentes spécialités :

les taillandiers en oeuvres blanches : fabriquent des outils coupants mais qui ne seront pas des armes.
les taillandiers grossiers : fabriquent des gros ustensiles de cuisine (marmites, crémaillères...) et de gros outils (pelles, chenets, marteaux, etc...)
les taillandiers vrilliers (vrilles, vilebrequins) et tailleurs de limes, poinçons, ciseaux
les taillandiers en fer blanc et noir : spécialisés dans la fabrication de lanternes, entonnoir, moules...

Les taillandiers fournissent aujourd'hui les corps de métiers spécialisés, travaillant notamment avec les techniques d'autrefois comme les tailleurs de pierres pour la restauration de monuments historiques. Le taillandier fabrique également les objets aériens : lances, flèches... Pour l'anecdote, il faut, pour fabriquer une pointe de flèche, taper 600 coups.


Partager cet article
Repost0