Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Jaly: sa vie, ses rêves, ses récits, ses photos
  • : Sur ce blog vous trouverez la façon dont je découvre toutes choses, à travers la nature comme à travers mes rêves,
  • Contact

Profil

  • Jaly
  • Retraitée, j'en profite pour vagabonder, l'âme heureuse, par monts et par vaux, j'aime photographier, raconter ce que je ressens, écrire un poésie dans un moment propice aux rêves,puis il y a le reste que je vous invite à venir découvrir
  • Retraitée, j'en profite pour vagabonder, l'âme heureuse, par monts et par vaux, j'aime photographier, raconter ce que je ressens, écrire un poésie dans un moment propice aux rêves,puis il y a le reste que je vous invite à venir découvrir

Cadeaux reçus

Mon amie Alice m'a décerné





Mon amie Tataray(Bricabrocamoi)
m'a remis la clé de l'amitié




Un tout grand merci.
------------

J'ai trouvé ce gif sur le blog de KRI,
si gentiment offert qu'il sera le porte-bonheur de mon blog
http://img10.hostingpics.net/pics/846078myasotis.gif

Recherche

Texte Libre

Archives

Coquelicots

 



19 juillet 2009 7 19 /07 /juillet /2009 12:00





GENEALOGIE


Etre Maurice, ce n'est rien
Bien que ce soit le nom d'un saint.

Dame ! être Carême, c'est mieux
Mes aïeux n'ont pas froid aux yeux.

Et ma mère, c’était une Art,
Ce n’est certes pas par hasard.

Puis, elle s'appelait Henriette.
Vous avez la rime à poète.

Et je suis né, comble de veine,
Dans la fraîche rue des Fontaines.

A quoi bon encore insister ?
N'étais-je pas fait pour briller ?

Hélas! et c’est ce qui me navre,
Nul ne le sait, pas même à Wavre
Où je suis né.

" Être ou ne pas être "

Partager cet article
Repost0
16 juillet 2009 4 16 /07 /juillet /2009 23:10
L'orage m'angoisse

J'entends au loin,
l'orage qui gronde,
je le crains,
des maisons déjà il inonde.

A l'ouest, au bord de la mer
j'entends les chevaux qui s'affolent,
et pourtant ils restent fiers
malgré les déferlentes folles.



Ce n'est point encore chez moi,
mais déjà mon corps s'inquiète,
je ne reste plus en place,
je vais, je viens, il approche.

Au rythme du vent tout gondole,
de mon corps à ma tête folle,
le chien cherche du réconfort,
que chez moi ne peut puiser.



J'ai peur,
je crains,
je panique,
oh non dans le lointain je t'entends,
tu grondes,
tu secoues les arbres,
tu illumines le ciel,
il est trop tard,
il est là,
je deviens folle.
Partager cet article
Repost0